La course d’orientation, un sport complet.

La course d’orientation (CO) est un sport de plein air qui consiste à trouver un itinéraire avec des balises et à parvenir à finir le plus vite possible un parcours préétabli pour la gagner. Pratiquer la CO nécessite de s’équiper d’une carte spéciale d’orientation, d’une boussole et d’une paire de baskets adaptée.

Il a trois éléments clefs dans la CO : la boussole, la balise et la carte.

La boussole se matérialise avec une loupe sous deux formes distinctes. La première forme est celle d’une plaque et d’un cadran gradué en degrés et qui s’oriente par rotation. La seconde est celle d’une boussole qui se porte au pouce afin de rester concentré sur la carte. C’est idéal pour les compétitions !!

La balise correspond à un cercle au centre duquel se trouve un élément central dans le terrain sélectionné par le traceur. Les balises sont toutes reliées entre elles sur la carte avec un trait continu. Il correspond à l’ordre prédéfini du parcours.

La carte comprend de nombreux détails et se normalise avec des symboles et des couleurs. Elle est identique dans tous les pays. Une bonne interprétation et la connaissance de la légende de la carte sont indispensables pour réussir le parcours. Six couleurs codifient les parcours organisés au niveau régional (vert, bleu, jaune, orange, violet, noir) en fonction de la licence (licence sport-santé ou compétition).

Son histoire

La course d’orientation est née en Suède au 19ème siècle sous forme d’exercice militaire. Elle devient une compétition en 1893. Elle se développe en France dans les années 70 avec la création de la Fédération Française de course d’orientation.

La course d’orientation se pratique autant en loisir qu’en compétition autour de six spécialités : CO à pied, à VTT, à skis, en raid, en multisports ou de précision. Il existe des courses à différentes échelles : départementales, régionales, nationales et mondiales. Ce sport est ouvert à tous quel que soit son âge ou son handicap. Les circuits s’adaptent à tous les niveaux avec une durée comprise entre trente minutes et deux heures.

Véritable défi mental, la course d’orientation est un moyen de développer son sens de l’orientation tout en découvrant la nature et son territoire. Elle contribue à renforcer la logique, la perception dans l’espace, la mémorisation et la concentration. Pratiquer ce sport est aussi un moyen de participer à la protection de l’écosystème (séances de nettoyage des forêts, …).

Pour trouver un club ou une association de Course d’orientation près de chez vous : Mobby, handisport ou sport adapté.

Le Rugby fauteuil, l’art du déplacement.

Le Rugby fauteuil est un sport mixte où l’objectif est de franchir la ligne de but adverse en possession du ballon (de volley). En contrepartie, il faut défendre pour empêcher l’adversaire d’en faire autant. La rencontre se déroule sur un terrain de basket. À l’origine, le sport avait pour nom le Murder Ball .

Voici quelques mots-clefs pour mieux comprendre les règles :

  • Durée : La rencontre se déroule en quatre quart-temps de huit minutes.
  • Essai : Lorsque le joueur passe la ligne avec le ballon. Un essai équivaut à un point.
  • La prison: Zone de pénalité lorsqu’un joueur fait une faute.
  • Classification : L’ensemble des joueurs sur le terrain doit avoir un score inférieur à 8 points. Le degré du handicap équivaut à un score plus il est sévère plus le score est petit. On les répartit en trois groupes : 0.5 à 1.5 / 2.0 à 2.5 /3.0 à 3.5.
  • 40 secondes : Le temps imparti pour mettre un essai.

Son histoire

Finale du championnat d’Europe

Les années 1970 marquent l’apparition de ce sport au Canada. L’inspiration vient du basket fauteuil. Le rugby fauteuil est plus physique. La Fédération Internationale de rugby fauteuil a été créé en 1993. On observe une codification et une homogénéisation des règles.

Le rugby fauteuil fait son apparition, en démonstration, aux Jeux Paralympiques 1996. Il s’installe comme un sport des JP dès 2000. Les fauteuils d’attaquants sont légers pour être rapide. Ceux des défenseurs sont plus longs et moins maniables.

En 2008 apparaît la coupe de France. Un an plus tard, une commission de rugby fauteuil est créée au sein de la Fédération française handisport. La France a remporté, 44-43, l’Euro 2022 face à la Grande-Bretagne. Un exploit face au champion paralympique en titre.

Pour trouver un club ou une association de Rugby fauteuil près de chez vous : Mobby.

Le Hockey sur gazon, le renouveau d’un sport ancien

Le hockey sur gazon est un sport très ancien. On y jouait déjà 2000 ans avant J.C. Il oppose deux équipes de onze joueurs. L’objectif est de mettre une balle dans le but adverse à l’aide d’une crosse. À savoir, l’origine du mot hockey est encore floue. Pour certains, c’est la balle pour d’autres c’est la crosse qui a donné ce nom. Néanmoins, le Français a inspiré l’appellation actuelle.

Son histoire

La Grande-Bretagne est au cœur du développement du hockey sur gazon. Les premiers clubs voient le jour au milieu du XIXème siècle. Son expansion est due à sa puissance coloniale. C’est un franc succès notamment en Inde ou au Pakistan. Le premier championnat de France est créé en 1899. La fédération internationale voit le jour en 1924. La structuration du sport se fait rapidement.

Le Hockey sur gazon est un sport olympique dès 1908. Les Anglais en sont les premiers vainqueurs. Il faut attendre 1980 pour qu’une épreuve féminine soit disputée. L’Inde est la nation la plus titrée chez les hommes avec 8 titres. En outre, chez les femmes c’est les Pays-Bas avec 4 titres. À noter, la France n’a jamais remporté la moindre médaille.

Il existe des variantes au hockey :

  • On retrouve l’autre épreuve olympique : le Hockey sur glace.

Mais aussi le :

  • Rink-hockey
  • Roller-hockey
  • Floorball
  • Hockey subaquatique…

Pour trouver un club ou une association de Hockey sur gazon près de chez vous : Mobby et sport adapté.

Le karaté, un sport ou un art martial ?

Le karaté est un art martial d’origine japonaise. C’est aussi un sport de combat où l’objectif est de réussir à faire des enchainements en touchant son adversaire à des points précis. À savoir, karaté signifie « main vide » et par extension la manière dont on combat.

Voici quelques mots clefs pour mieux comprendre son monde :

  • Karatéka : nom pour désigner les pratiquants.
  • Kamaé : Position avant toute reprise de combat.
  • Dan : Niveau du combattant.
  • Kata : Schéma d’une combinaison.
  • Dojo : Lieu d’entrainement.
  • Tatami : Nom du sol où se déroule le combat.
  • Sensei : Nom pour désigner un professeur.
  • Catégorie de poids : Les combattant(e)s se combattent en fonction de limite de poids :
    • Femmes : -50, -55, -61, -68 et +68
    • Hommes : -60, -67, -75, -84 et +84

Son histoire.

À l’origine, le karaté est née sur l’île, rebelle, Japonaise d’Okinawa à la fin du XVIIème siècle. Il s’inspire d’un mélange d’arts martiaux notamment chinois. Il a vu le jour comme un moyen de se défendre contre les ennemis dans un pays où les armes étaient prohibées.

Gichin Funakoshi est le fondateur du karaté moderne avec son introduction, en 1922 , sur le sol japonais . En 1948, la Japan Karate Association est créée. En 1957, le karaté prend une nouvelle dimension car il devient une discipline enseignée à l’école et un sport. La première Coupe du Monde s’est déroulée en 1970 au Japon.

Henry Plée en est l’importateur, en France, dans la deuxième moitié du XXème siècle. Son savoir-faire a permis à la France d’être dans les nations influentes d’Europe. La Fédération française de karaté a été créée en 1975. Steven Da Costa est le visage du karaté français. Il est champion olympique.

Son rapport avec l’olympisme.

Le Karaté n’a été présent qu’une seule fois aux Jeux Olympiques, en 2020, à Tokyo. La discipline ne sera pas présente aux JO de Paris en 2024. Malgré près de 200 fédérations nationales l’art martial n’arrive pas à se faire une place durable aux JO. L’une des raisons est la complexité des règles.

Pour trouver un club ou une association de Karaté près de chez vous : Mobby, handisport et sport adapté.

La chorale, l’art du chant.

La chorale désigne un ensemble de personnes, appelées « choristes ». Ils chantent ensemble sous la direction d’un chef de chœur. Les chanteurs chantent souvent à cappella. Il peut aussi y avoir un orchestre pour les accompagner.

Voici quelques mots-clefs pour mieux comprendre son monde :

  • Cappella : Chant qu’on effectue sans accompagnement instrumental.
  • Solfège : Apprentissage de la notation musicale ce qui permet de reconnaître les sons et ce qu’elle représente.
  • Orchestre : Ensemble de musiciens qui accompagnent la chorale en jouant des instruments.
  • Chœur : L’ensemble des chanteurs.
  • Canon : Lorsque deux groupes chantent la même mélodie en décalage.
  • Chant grégorien : Chant liturgique de l’église romaine en référence au pape saint Grégoire le Grand.
  • Gospel : Chant religieux d’origine afro-américaine.

Son histoire

Le Moyen Âge est une date clef dans le développement de la chorale notamment avec les chants grégoriens et la chanson populaire. La notion de chœur est apparue au siècle des Lumières. Le gospel est un courant qui donne de la visibilité à la chorale. Il faut une vraie complicité entre les membres pour avoir une belle harmonie.

Vivaldi, Bach, Beethoven ou encore Mozart sont des artistes mondialement connus. Ils ont tous composé de la musique classique chantée en chorale. Elle permet de retranscrire les réalités sociales et l’appartenance vis-à-vis de la société. Au fil des années, le côté religieux de celle-ci s’estompe.

En France, il y a une éducation musicale. Des cours sont donnés dès le primaire. La chorale permet de maîtriser sa voix et sa confiance. Il y a trois types de fédérations nationales qui regroupent des chorales. On retrouve la pratique du chant chorale, la pratique musicale et enfin des chorales dont la vocation est essentiellement religieuse.

Pour trouver un club ou une association de Chorale près de chez vous : Mobby ou sport adapté.

Le Bowling est-il un sport ?

Le Bowling est considéré à la fois comme un divertissement et une discipline sportive. L’objectif est de dégommer dix quilles à l’aide de boules. La Fédération Internationale des Quilleurs (FIQ) a été créée en 1952.

Voici quelques mots-clefs pour mieux comprendre le jeu :

  • Bowleur : définit le joueur de bowling.
  • Boule : environ 22 cm de diamètre. Le poids varie. Une boule comprend trois grips (trous).
  • Frame : désigne les deux lancers maximums qu’un joueur peut avoir. Il y a dix frames dans un jeu (une partie).
  • Strike : réussir à « dégommer » l’ensemble des quilles en un lancer.
  • Spare : réussir à « dégommer » l’ensemble des quilles en deux lancers.
  • Perfect game : 300 points.
  • Rigole : trous (gouttières) sur le côté de la piste.
  • Chaussures : elles sont spéciales pour pouvoir s’adapter à la piste de départ.

Son histoire

La première apparition du mot bowling est apparue en 1611. Néanmoins, des similitudes sont présentes avant J.C. Le premier bowling a vu le jour en 1840. Les pistes comprenaient neuf quilles.

En 1895, une homogénéisation des règles a lieu à la suite de la création de l’American Bowling Congress. Aujourd’hui, sa pratique s’ancre dans la société. On compte plus de 110 fédérations à travers le monde.

Les Américains ont apporté le bowling en France. La Fédération Française de sport de Quilles voit le jour en 1956. L’expansion des centres se déroule en deux temps : en 1960 et 1980. L’automatisation des pistes aide à démocratiser cette activité.

Pour trouver un club ou une association de Bowling près de chez vous : Mobby, handisport ou sport adapté.

Le jeu de dames, ultime jeu de stratégie ?

Le jeu de dames est un jeu de plateau qui se déroule entre deux adversaires. Chaque personne a une couleur de pions : noir ou blanc. L’objectif est d’éliminer l’ensemble des pions de l’adversaire. La partie se déroule sur les cases foncées. À noter que les premières ressemblances au jeu de dames sont apparues avant J.C. notamment en Afrique.

Voici quelques mots clefs pour mieux comprendre son monde :

  • Pions : chaque joueur en a 20 au début de la partie. Ils se déplacent d’une case à la fois et en diagonale.
  • Prise : obligatoire et s’effectue aussi bien en avant qu’en arrière.
  • Aller à la dame : réussir à amener un pion sur la dernière ligne de l’adversaire. La dame permet de se déplacer sur toute la diagonale.
  • Coup direct : Technique où on fait exprès de perdre un pion dans l’optique d’en prendre plus.
  • Pion savant : pion situé au centre de la dernière ligne. Il est essentiel dans la stratégie notamment en fin de partie.
  • Lunette : case vide entre deux pièces cela permet d’avancer sans risque.

L’histoire du jeu de dames

Le Moyen Âge voit l’apparition de l’ancêtre du jeu de dames. La « marelle de douze » se joue sur un échiquier. La pratique du jeu de dames explose au XVIIIème siècle. Le parallèle avec les échecs est souvent évoqué. Les échecs s’en sont directement inspirées pour améliorer les règles. De plus, les deux jeux se déroulent sur un plateau.

Le jeu de 64 cases est le premier jeu à naître. Aujourd’hui, le jeu de 100 cases s’est imposé comme le plus populaire. La Russie et les Pays-Bas sont les deux nations qui dominent le palmarès du Championnat du monde. Chez les femmes la Lettone Zoja Golubeva a glané 16 titres.

La France a joué un rôle central dans le développement. On a même appelé le jeu de dames « à la française ». La Fédération des Damistes Français a été créée dès 1909. Aujourd’hui, c’est la FFJD qui est en charge, elle a été conçue en 1978.

Pour trouver un club ou une association du Jeu de dames près de chez vous : Mobby.

Le trampoline, un sport qui renverse

Le trampoline est un objet mais aussi un sport. Il comprend trois disciplines : le trampoline, le tumbling et le double mini-trampoline. À savoir, pour les compétitions c’est un rectangle loin de celui de loisir qui est rond.

Voici des mots clefs pour mieux comprendre son monde :

  • Tumbling : Gymnastique acrobatique qui se déroule sur une surface élastique tenue par des tiges en fibre de verre.
  • Double mini-trampoline : Deux surfaces côte à côte qui permettent d’enchaîner rapidement deux figures.
  • Synchronisées (artistiques) : Deux personnes réalisent des figures en même temps.
  • Notation : Les concurrents sont évalués sur la difficulté technique de la figure, l’esthétisme du mouvement, la fluidité des enchaînements ou encore le rythme.
  • Pression : La vitesse à force de sauter fait monter la pression jusqu’à 5G pour le sportif.

L’histoire du trampoline

Les trapézistes italiens du groupe « Due Trampoline » ont inspiré l’inventeur du trampoline. C’est dans les années 30 que l’Américain George Nissen créa le trampoline moderne. Il connaît un franc succès dans de nombreux sports notamment la gymnastique. On l’utilise pour améliorer sa souplesse et faire augmenter son cardio.

C’est au milieu des années 60 que la discipline sportive naît. En parallèle, le nombre de ventes explose. C’est un vrai produit d’appel pour la pratique sportive et inversement. Depuis quelques années, le freestyle se développe et apporte plus de liberté dans les mouvements. La création de grands centres comme le « Trampoline Park » met en lumière ce sport.

La discipliene se dispute depuis 2000 aux Jeux Olympiques de Sydney. La chine a le plus grand palmarès avec 14 médailles. Soit le double du deuxième pays, le Canada. Seul le concours individuel (homme et femme) est présent aux JO.

Son rapport avec la France

La Fédération française a été créée en 1965. Elle est affiliée à la fédération française de gymnastique. On y dénombre plus de 15 000 licenciés. La France est une nation forte lors des balbutiements de la discipline et remporte plusieurs titres mondiaux. L’internationalisation de la pratique amène des compétitions plus dures et donc moins de succès.

Pour trouver un club ou une association de Trampoline près de chez vous : Mobby, handisport et sport adapté.

Le Poker, le Graal du jeu stratégique ?

Le poker est un jeu qui se joue de multiples manières. La plus popularisée est le Texas Hold’em. Il se pratique avec un jeu de 52 cartes. À savoir, la valeur des cartes est la suivante : As-Roi-Dame-Valet. Puis du Dix au Deux. On doit miser pour deux raisons lorsqu’on est en value ou en bluff.

  • Main : cartes que seul le joueur voit
  • Board : les cartes du milieu que tout le monde voit
  • Blinds : mise minimum à effectuer lorsqu’on veut miser/rentrer dans un coup.
  • Bouton : le dernier joueur à parler/jouer à partir du flop.
  • Bet = miser
  • Raise = relancer
  • Call = payer, suivre
  • Check = ne rien faire
  • Fold = arrêter de jouer le coup
  • Tapis (all-in) = jouer tous ses jetons.
  • Tilt : lorsqu’un joueur joue « bizarrement » après un coup perdu
  • Fish : Un joueur qui est moins fort
  • Showdown : moment où on montre les cartes.

Pour pouvoir gagner au poker, il faut comprendre la puissance de sa main. Voici l’ordre des mains :

Quinte Flush Royale > Quinte Flush > Carré > Full > Couleur > Quinte > Brelan > Deux paires > Une paire > Carte avec la valeur la plus haute.

La valeur comprend les deux cartes de sa main et trois cartes du board dans le Texas Hold’em.

Son histoire

Au XVIème siècle, le Ganijifa est le premier jeu à ressembler au poker. Mais c’est au 19ème siècle qu’il apparaît aux États Unis. Les années 1860 marquent l’expansion du poker dans le monde entier.

La légalisation du poker ainsi que le jeu en ligne sont des facteurs essentiels dans sa popularité. La victoire en 2003 de Chris Moneymaker, un amateur, au Main Event marque un tournant. En deux ans la participation au plus gros tournoi de l’année passe de 800 à 5 000 participants.

Les deux principales manières de jouer au Texas Hold’em sont :

  • en tournoi : compétition ou chaque joueur paye la même somme pour pouvoir participer
  • en cash game : les joueurs investissent directement de l’argent. Un joueur est libre de rester le temps qu’il veut sur la table. Les blinds varient en fonction des tables.

Il existe une multitude de façon de jouer au poker :

  • Omaha Poker : se joue avec cinq cartes dans sa main
  • Stud poker : c’est la plus ancienne variante
  • Poker 3 cartes : on joue face à un croupier avec trois cartes
  • Ultimate Poker : se rapproche du Texas Hold’em. L’objectif est de battre la banque…

Pour trouver un club de Poker près de chez vous : Mobby.

La Capoeira, un sport ou un art ?

La Capoeira est une pratique qui s’inspire de la culture afro-brésilienne. Cette danse s’appuie sur quelques piliers bien caractéristiques : la lutte, le jeu, les acrobaties et la musique. La danse est inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco depuis 2014.

Son histoire

Cette discipline remonte à environ 400 ans. La capoeira a une forme guerrière et une plus dansante. La discipline est née par l’intermédiaire des esclaves. Elle reste pendant plusieurs siècles interdite. Ce n’est qu’au milieu du XXème siècle que la discipline devient légale. Au Brésil, la capoeira est un « véritable sport national« .

Il existe une multitude de variantes. La Régional est structurée et athlétique. Elle se caractérise par sa vitesse d’exécution. L’Angola se caractérise par la lenteur de ses mouvements ainsi que par sa proximité avec le sol. Cette forme s’inspire directement de la pratique effectuée par les esclaves.

Le capoeira n’est pas une discipline olympique. Les Jeux Olympiques de Rio 2016 auraient pu être un véritable tremplin. La discipline a de nombreux adeptes qui préfèrent garder ce « sport » non olympique. C’est notamment le cas pour ceux qui la considère comme une pratique culturelle.

Pour trouver un club ou une association de Capoeira près de chez vous : Mobby ou sport adapté.